En 2011, nous fêtons les 140 ans de la Commune de Paris. À cette occasion, nous avons souhaité revenir sur cet épisode occulté de l’histoire de la capitale. La forme du journal s’est imposée par sa cohérence avec le contexte de la France du XIXème siècle, car la presse est alors le seul media qui permet la diffusion d’idées nouvelles.

Paris s’invente une image de ville propre et policée pour mieux oublier certains épisodes de son histoire agitée. En 1871, pendant plus de deux mois, la ville se donne un gouvernement populaire, une armée civile et démocratique, expérimente la démocratie directe, et entreprend des réformes sociales. Le Paris insurgé est aussi accueillant pour les étrangers, qu’ils soient italiens, polonais ou algériens…
Encore un trait qui l’oppose au Paris de 2011.

Nous avons voulu transmettre la mémoire de cette révolution là où elle fait défaut, dans l’espace public qui est la propriété de tous. Chacun des événements traités dans ce journal sera donc illustré d’une intervention de street-art, réalisée à l’endroit précis où l’événement a eu lieu. À cet emplacement un QR code renvoie à l’article du journal correspondant. Les événements apparaissent donc simultanément dans le journal et dans la rue, à la date où ils ont eu lieu, avec 140 ans d’écart.

Carte des événements

cliquez sur les points pour accéder aux articles déjà disponibles

Ce journal est également diffusé par des crieurs, qui appellent à consulter la une du journal, accessible sur le site ou directement par le biais d’un QR code qui y renvoie. Enfin, une émission de radio diffusée tous les vendredi à 15h sur Fréquence Paris Plurielle (FPP – 106.3 FM à Paris) reviendra sur les événements de la semaine, pendant toute la durée du projet.

À travers 40 articles illustrés d’interventions urbaines, correspondant à autant d’événements que nous avons choisis pour raconter cette histoire, et 12 émissions de radio, nous allons tenter de restituer le déroulement de la Commune de Paris de 1871.

Ce projet cherche aussi à impulser une réflexion sur l’actualité des thèmes développés sous la Commune, et sur le devenir de notre société, où les espaces de liberté se réduisent sensiblement.

.

.

.

Remerciements :
À Ariane Ascaride, aux Amis de la Commune de Paris, à Béatrice, Fred et Erwan de MRM.
David, Arnaud, Marc et Robert d’Agat Films. À Madeleine, Yann et Tom de l’émission Au fond près du radiateur.
À Jean, Guillaume, Charles et à toutes les personnes qui ont participé de près ou de loin au projet…

icon rss icon twitter icon facebook
logo credits